Header Ads

Les recettes de grands-mères: soins et beauté

Rien n’est plus efficace pour les maux d’estomac qu’une infusion de camomille ou de menthe, pour une peau sèche et déshydratée, la solution est de faire passer une couche d’huile d’olive ou d’huile d’argan. 
Bref, ces remèdes grands-mères et recettes éternelles reconstituent tout un héritage, un retour à l’origine, aux sources. Mais est-ce que cela demeure valable de nos jours ?



Le secret de ces remèdes "grands-mères" résident dans le fait qu’ils fonctionnent sur nous, ou, peut-être qu’on a l’impression qu’ils agissent, tant bien que mal à apaiser nos douleurs, à réparer les imperfections soudaines (comme l’apparition d’un petit bouton) ou les petits ennuis quotidiens (un ballonnement du ventre, un mal de dents, etc.).  La première réflexion qui nous vient à l’esprit, souvent, quand quelque chose ne va pas est de chercher dans les moyens du bord et fouiller dans nos placards.
Des herbes ou des épices qu’on retrouve, souvent, dans nos propres tiroirs, pourront être le meilleur premier remède, si on s’y connait.

Même de nos jours, ce retour à la tradition aux sources se marque et on y reconnaît, de plus en plus, les mérites de l’Aloès, de la cannelle, de la camomille, du gingembre, du curcuma ou encore du citron ; mélangés sous mille et une formes et recettes. Et on commence, à voir, en chaque aliment ou élément naturel, un remède, grâce à ce retour en arrière, non pas dégénératif, mais plutôt sympathique et parfois même efficace.
Même les astuces beauté, soin et propreté de chez soi y passent. Des magazines se ressourcent, encore, de ces remèdes et les représentent sous forme d’astuces-miracles, d’une efficacité, sans précédent.


Puisqu’il se trouve que l’expérience peut se compléter avec la modernité; colorer vos cheveux, naturellement, avec du henné, parfumer votre intérieur grâce à l’eau de rose, ajouter dans votre bain quelques gouttes d’huile essentielle de lavande, voir encore plus d’astuces beauté naturelle ici ; mais, ne reconnaîtrons-nous pas, là,  l’influence d’un héritage partagé et transmis d’une génération en génération ?

Il reste à noter que « le péché est comme la vertu, il ne faut pas abuser. » ; et en conséquence, il ne faut, tout de même pas, abuser de ces recettes ou en faire le principal remède, si le cas est urgent. 

Aucun commentaire

Ajoute ton commentaire ici..